TOULON 83000 Var 83

    Hypnose et conduite : quelles applications ?

    “Chacun est l'ennemi de soi-même.” Anacharsis

    hypnoseStress, peurs irraisonnées, sentiment de malaise, crises d’angoisse… Certaines sensations peuvent être très difficiles à vivre au quotidien.

    Si l’on pourrait très bien vivre avec certaines phobies, telle que la classique phobie des serpents, d’autres soulèvent plus de difficultés sociales et professionnelles. C’est le cas de l’amaxophie, la phobie de conduire.

    Heureusement, il existe diverses thérapies pour guérir ces maux, enfouis au plus profond de notre subconscient. L’hypnose est une pratique connue, vous en avez certainement entendu parler. Aujourd’hui, faisons un tour d’horizon au sujet de l’hypnose thérapeutique et de ses applications à l’amaxophie.

    Hypnose, de quoi s’agit-il ?

    A ses débuts, l’hypnose était une pratique dont les frontières n’était pas très précises : entre science, occultisme, spectacle et thérapie. D’ailleurs, son utilisation à des fins thérapeutiques a toujours été sujet de controverse.

    D’ailleurs, les praticiens et théoriciens ne sont toujours pas d’accord quant à la vraie nature de l’hypnose, c’est dire. Beaucoup de définitions existent sur cette pratique, et certaines vont jusqu’à se contredire ! Pour les praticiens, l’un des grands sujets de débat porte sur l’état de conscience dans lequel se trouve un individu hypnotisé.

    Pour les uns, adeptes du courant de pensée « magnétisme animal », la transe hypnotique permettrait à l’individu d’amplifier sa conscience de lui-même. Chez les autres, partisans du « courant hypnotique », l’état de transe amène au contraire une restriction du champ de conscience de l’individu à ses automatismes inconscients.

    Les expériences ont montré que finalement il y avait un peu de vrai dans les deux camps…

    L’état d’hypnose

    Dans l’imaginaire collectif, l’hypnose serait une forme d’inconscience très proche du sommeil. Une majorité de personnes pense que le sujet hypnotisé n’est plus conscient et est totalement contrôlé par l’hypnotiseur.

    Cependant, ces idées répandues sont démenties par des expériences et des recherches qui ont plutôt tendance à avancer que les personnes hypnotisées seraient parfaitement éveillées et conscientes. L’attention est focalisée sur l’introspection : on se détache de l’environnement extérieur.

    Cette pratique n’a rien à voir donc avec les manipulations mentales que l’on peut voir dans certains films de fiction ! N’en déplaise aux adeptes de sensations fortes : la personne hypnotisée n’est pas nécessairement à la merci de l’hypnotiseur.

    En réalité, c’est plutôt l’hypnotisé qui a un contrôle sur lui-même, l’hypnotiseur n’émet que des suggestions. Pour aller plus loin, l’hypnose permettrait d’avoir un pouvoir sur soi-même que l’on ne pourrait pas avoir autrement. C’est une nuance qui, je trouve, a beaucoup de poids !

    Hypnotisée, la personne entre dans un état de « conscience altérée » dans lequel elle est plus sensible aux suggestions (ce qui est dit et suggéré à l’hypnotisé). Le sujet hypnotisé serait très détendu, comme s’il était sur le point de s’endormir.

    L’hypnose est le fruit d’une étroite collaboration entre un hypnotiseur et un hypnotisé : on n’hypnotise pas une personne contre son gré. La personne hypnotisée doit suivre les suggestions de l’hypnotiseur pour bénéficier de la thérapie et obtenir des résultats.

    Tout repose sur la réceptivité aux suggestions. En ce sens, je me demande si l’hypnose n’a pas un fort effet placebo. Une personne fortement réceptive, qui croit aux bienfaits de cette thérapie, aurait plus de chance d’en ressentir les effets qu’une personne sceptique.

    NDLR : Un placebo est un faux médicament administré à un sujet persuadé de recevoir un authentique remède contre son mal.

    L’hypnose ericksonienne

    Il y a peu de chances que vous en ayez entendu parler, mais il existe un grand nom dans l’hypnose des temps modernes : Milton Erickson, psychiatre américain du XXème siècle.

    C’est en partie grâce à cet homme que l’hypnose du XXème siècle a pris un tournant décisif dans le domaine de la thérapie : il est responsable de la création de nombreuses techniques hypnotiques.

    Dans l’ensemble, son approche de l’hypnose repose sur des thérapies brèves, plus que jamais basées sur la collaboration hypnotiseur/hypnotisée. Ces thérapies brèves sont fortement utilisées de nos jours pour traiter des pathologies telles que les phobies ou les états dépressifs ou anxieux.

    Pour faire simple, l’hypnose ericksonienne a pour but d’amener notre inconscient et notre conscient à travailler ensemble pour résoudre un problème.

    Pour Erickson, un bon praticien apprend à connaître les besoins de son patient pour adopter un processus efficace. Il n’impose pas le même processus à tous ses patients : il s’adapte à chacun.

    « Vous ne contrôlez pas le comportement d'une quelconque autre personne. Vous apprenez à le connaître, vous aidez les patients en l'utilisant, vous aidez les patients en les dirigeant de telle façon qu'ils rencontrent leurs besoins ; mais vous ne travaillez pas avec les patients pour atteindre vos propres buts. Le but est leur bien-être, et si vous réussissez à obtenir leur bien-être, vous touchez directement votre propre bien-être. »

    Milton Erickson

    Déroulement d’une séance d’hypnose

    Si vous vous rendez un jour à une séance d’hypnose, sachez que ces séances sont en général individuelles. Je suppose que le procédé varie légèrement selon les praticiens, mais voici les grandes lignes.

    En général, vous êtes allongé dans un fauteuil, le thérapeute vous fait face :

    • Relâchement musculaire. Vous entamez un processus de relâchement de votre corps à travers des exercices de détente. En général, on passe par la respiration et par la conscience de son corps. Un peu comme pendant une séance de yoga.

    • Relaxation de l’esprit. Le thérapeute vous demande de vous concentrer sur des sensations ou sur un souvenir positif afin d’apaiser votre esprit et de chasser le stress et l’anxiété chronique.

    • Phase thérapeutique. A travers un conte ou un récit le thérapeute vous propose de vous connecter avec vos ressources et vos compétences. Il vous fait vivre une expérience dans le passé, le présent et le futur.

    • Tandis que vous travaillez sur vous-même en état de transe hypnotique, le thérapeute vous fait des suggestions, il vous conduit vers des idées ou des situations qui vous posent problème. Il s’agira par exemple de vous suggérer que votre corps rejette la cigarette, ou que vous passez un agréable voyage en voiture !

    C’est bien beau, mais combien ça va me coûter tout ça ? Le tarif varie d’un thérapeute à l’autre, il vous faudra contacter ceux qui vous intéresse pour demander leurs tarifs. N’hésitez pas à en contacter plusieurs et à demander beaucoup d’informations.

    Pour vous donner une idée, le prix d’une séance varie entre 40€ et 70€ en Province. A Paris, les prix sont plutôt de l’ordre de 50€ à 80€.

    En matière de remboursement, les consultations de médecins psychiatres sont en général prises en charge par la sécurité sociale (en partie).

    Niveau timing, tout comme le prix la durée d’une séance varie d’un thérapeute à l’autre. Normalement, cette durée vous sera annoncée à votre premier entretien, elle varie en général entre 30 et 60 minutes.

    Combien de séance ? Le nombre de séances dépend du patient, de son problème, et du thérapeute. En général, l’hypnose s’inscrit dans le cadre de thérapies brèves : moins de 10 séances, souvent 4 à 5. S’il peut être aisé de fixer un nombre de séances pour traiter une petite anxiété, la tâche s’avèrera bien plus difficile pour traiter une phobie.

    Traiter la phobie du volant par l’hypnose !

    Pour la majorité des automobilistes, conduire est une activité anodine que l’on exécute machinalement, sans même y réfléchir une seule seconde. Mais pour certaines personnes, la conduite est une véritable difficulté qu’il faut surmonter.

    La phobie de conduire porte le doux nom « d’amaxophobie », elle peut s’avérer particulièrement handicapante pour les personnes qui en souffrent. Imaginez que du jour au lendemain vous ne supportiez plus de prendre le volant.

    D’une part, on souffre de ne pas pouvoir utiliser la voiture dans la vie personnelle (courses, weekend etc…) mais aussi dans la vie professionnelle. D’un point de vue social, la peur de conduire peut vite devenir un important complexe pour ceux qui en souffrent, certains ne supportent tout bonnement pas d’être à l’intérieur d’un véhicule et son confrontés à l’incompréhension de leur entourage.

    L’hypnose fait partie des thérapies qui peuvent être envisagées pour traiter le stress intense au volant ou dans une voiture. L’état hypnotique vous fait entrer dans un état de relaxation profonde et intense qui est parfaitement à l’opposé de l’anxiété. Le thérapeute travaille de concert avec vous afin d’aider votre esprit à mettre en œuvre des réactions adaptées face à l’objet de votre phobie.

    L’angoisse au volant peut être le résultat d’un mécanisme qui se déclenche pour diverses raisons... Ces raisons n’ont parfois strictement aucun rapport avec la conduite.

    Par exemple, j’ai lu le témoignage d’une jeune femme, devenue phobique au volant depuis une visite à sa tante, mourante à l’hôpital à cause d’un cancer. Absolument rien à voir avec la voiture directement, mais le fait de rentrer dans une voiture lui faisait revivre l’état d’esprit dans lequel elle se trouvait : colère, chagrin, anxiété... Alors qu’elle conduisait normalement auparavant, elle s’est du jour au lendemain trouvée en grande difficulté pour conduire.

    L’hypnose pourrait permettre à l’individu de supprimer le mécanisme qui s’enclenche à l’entrée dans une voiture et lui donner la possibilité de repenser sereinement à ces évènements. Elle peut permettre au patient de dissocier nettement la maladie d’une tante de la conduite automobile pour retrouver des pensées cohérentes au volant.

    Aller plus loin : d’autres thérapies pour traiter l’amaxophobie.

    En plus de l’hypnose, d’autres techniques existent pour aider un individu à entamer une guérison de son esprit.

    • Les thérapies comportementales: plus directes que l’hypnose. Pendant de type de séance, un thérapeute vous expose à l’objet de votre anxiété. Le but est de permettre une guérison par l’accoutumance. Est-ce guérir le mal par le mal ? Cette thérapie n’est adaptée à tout le monde.

    Dans les thérapies comportementales, on peut notamment retrouver la thérapie par la réalité virtuelle ! J’ai d’ailleurs rédigé un article sur ce sujet ! :)

    • La thérapie EMDR. Des avis que j’ai lu de cette technique, il en est ressorti qu’elle est assez efficace. Cette technique consiste à libérer les patient de traumatismes grâce à des mouvements oculaires.

    Charlotte : « Idéalement couplé avec des méthodes de relaxation car ça déménage, ça secoue vraiment sur le coup mais quel soulagement après ! »

    Et vous ? Que pensez-vous des thérapies par l’hypnose ? Pensez-vous que vous y seriez sensible ? :) Pour plus d’information, n’hésitez pas à suivre cette vidéo qui explique ce qu’est l’hypnose de façon très compréhensible.

    Hypnose : Kévin Finel

    Pour plus de sujets en rapport avec la conduite dans son ensemble, n’hésitez pas rejoindre la communauté d’automobilistes NeoPermis ! Chez NeoPermis, nous pensons que changez le monde commence par se changer soi-même ! :)