REIMS 51065 Marne 51

    Apprenons à rattraper les erreurs des autres

    vider son vaseDans la communauté NeoPermis, nous travaillons sur nous-mêmes pour corriger les petites erreurs que nous commettons et qui peuvent nous causer du tort. Dans cette optique, nous sommes clairement dans la logique que ce ne sont pas forcément les autres qui conduisent mal, car les autres, c’est nous tous.

    Cependant, si nous œuvrons pour ne pas représenter un danger pour les autres et pour nous-mêmes sur la route, il n’empêche que les autres peuvent aussi représenter un danger.

    Ainsi, le devoir de chaque automobiliste est : non seulement de veiller à commettre le moins d’erreurs possible, mais aussi d’être en mesure de rattraper celles des autres. Si tous les automobilistes suivaient cette logique, les accidents de la route tiendraient de l’exceptionnel et non de l’ordinaire !

    Identifier les facteurs de risque

    En épluchant les données de l’accidentologie en France, on se rend très vite compte que ces accidents découlent en réalité d’un ensemble de facteurs.

    Pris individuellement, ces facteurs ne provoquent pas à eux seuls l’accident. Individuellement, ils ne peuvent en être que le déclencheur : l’accident est un ensemble complexe de circonstances combinées. Parfois, il suffirait de supprimer un seul facteur pour éviter l’accident, ou rattraper une erreur.

    Exemple : le fait de ne pas avoir des pneus lisses peut permettre de résoudre une situation de presque-accident causée par un ensemble d’autres facteurs : vitesse, téléphone, erreur des autres, etc…

    Ces facteurs de risque sont parfois indétectables si on ne s’y intéresse pas. Jusqu’au jour où l’accident survient. C’est à cette occasion que l’on peut de rendre compte qu’il y avait une bonne centaine de facteurs de risque dans notre comportement « habituel » sur la route.

    L’image du vase

    Tout cela peut paraître bien abstrait. C’est pourquoi nous prendrons l’image d’un vase pour illustrer cet article. Ce concept du vase est d’ailleurs très bien expliqué dans l’ouvrage « Permis de conduire, tout savoir pour le conserver » de Bruno Ranjon et Yannick Vernerie, animateurs de stages de récupération de points.

    De quoi s’agit-il ? Un vase représente une situation de conduite. Il se remplit avec de petites billes qui représentent chacune un facteur de risque différent. Les facteurs de risque sont nombreux, les billes qui remplissent votre vase peuvent appartenir à trois catégories :

    L’Homme : l’erreur est humaine, et est bien souvent la cause principale des accidents. Exemple : je roulais un peu trop vite ou j’étais au téléphone.

    Le véhicule : les défauts techniques sur notre voiture peuvent également favoriser des accidents. Exemple : des plaquettes de frein trop usées ou des pneus lisses.

    L’environnement : ce qui ne dépend pas de l’état du véhicule ou du conducteur appartient à la catégorie de l’environnement. Un accident peut survenir à cause de la météo… ou des autres ! L’automobiliste qui grille une priorité est un facteur de risque lié à l’environnement.

    Dans chaque situation de conduite, le vase se remplit avec des billes de différentes catégories. Tant que ces billes ne nous causent pas d’accident, nous sommes confiant et n’y prêtons aucune attention. Mais lorsque le vase déborde, c’est l’accident : nous découvrons alors toute l’étendue de nos petits défauts.

    Il s’agit donc de surveiller son vase pour éviter qu’il déborde. Et, comme les billes peuvent appartenir à la catégorie de l’environnement, il nous appartient d’adapter notre conduite en toutes situations et de ne pas remplir le vase.

    Surveiller son vase

    Si notre vase représente l’ensemble cumulé d’un certain nombre de facteurs de risque (les billes), il faut que chaque conducteur surveille ce vase pour éviter qu’il déborde (ce qui peut arriver très vite si beaucoup de facteurs surviennent au même moment).

    Nous pouvons conduire des années durant avec un vase plein sans problème : mais l’accident n’est pas loin. Il surviendra lorsqu’un élément imprévu apparaîtra et provoquera le débordement du vase. On aura alors tendance à imputer à cet élément toute la cause de l’accident. Mais, comme nous le disions, l’accident n’est pas le fruit d’un seul facteur, mais celui d’une multitude de facteurs qui s’accumulent avec le temps.

    Le saviez-vous ? Les assureurs indiquent que beaucoup d’accidents mortels impliquent des conducteurs qui ont 50% de bonus ! Etre trop sûr de soi sur la route est l’une des billes traîtresses qui remplissent un peu plus le vase à chaque occasion de conduire.

    Sachez cependant qu’il me paraît impossible d’avoir un vase complètement vide. Eh oui, il y aura toujours dans notre vie des aléas qui ajouterons quelques billes au vase. Votre mission, si vous l’acceptez, est de surveiller votre vase pour éviter qu’il déborde en retirant le plus de billes possible.

    Comment savoir où en est mon vase ?

    Si vous vous posez cette question, c’est probablement que vous êtes disposé à identifier ce qui peut être amélioré dans votre conduite et à vider votre vase. C’est le premier pas vers le changement, et pas des moindres ! Félicitations. Beaucoup de conducteurs, trop sûrs d’eux, n’acceptent pas de se remettre en question, ils ont d’ailleurs probablement déjà fermé cette page !

    Pour identifier le contenu de votre vase, soyez attentif aux situations à risque que vous pouvez rencontrer dans votre conduite. Vous savez, ces situations de « presque-accident », effet de surprise, freinage brutal, coups de klaxon, erreurs d’itinéraire… Toutes ces situations peuvent révéler quelques billes qui pourraient être retirées de votre vase si vous daignez y prêter attention.

    Supprimer les facteurs de risque : je vide mon vase

    Vous avez réalisé une première introspection et avez identifié quelques facteurs à risque que vous pouvez modifier. Attention à ce que votre vase ne déborde pas un jour à cause d’une erreur d’autrui.

    • Problème de vitesse ? Il vous faut relativiser votre rapport au temps et la pression qu’exercent sur vous les autres automobilistes. Rouler moins vite est un excellent moyen de rattraper les erreurs des autres.

    Imaginez-vous sur une route à 90km/h coupée par une route non-prioritaire avec un stop. Dans votre bon droit, vous restez à 90km/h, cependant, la personne arrêtée au stop s’avance malgré votre approche, pensant avoir le temps de s’insérer… La suite dans cette vidéo.

    • Prenez du recul sur l’usage du téléphone au volant. On ne se rend pas forcément compte de l’impact que cette pratique a sur notre conduite, mais les études montrent clairement que le téléphone au volant multiplie par 3 le risque d’accident (même en kit mains-libres).

    Même si vous considérez qu’une conversation téléphonique « mains libres » ne vous amène pas à commettre des infractions, elle peut vous empêcher de rattraper les erreurs des autres. D’après le site de la Sécurité Routière, le conducteur perd 30% à 50% des informations sur la route lorsqu’il est au téléphone. Cela est dû à la surcharge mentale : notre cerveau ne peut plus traiter toutes les informations qu’il reçoit.

    • Etre à l’écoute de votre corps. Parmi les signes qui indiquent un manque de sommeil, on retrouve notamment : le picotement des yeux, une nuque raide, un regard fixe, des bâillements et des douleurs dans le dos. Si vous effectuez un long trajet il peut être de bon ton de sortir du véhicule 20 minutes pour se dégourdir les jambes de temps en temps.

    Même si vous êtes habitué aux longs trajets, la fatigue est un facteur de risque qui s’ajoute à tous les autres. Mais, vous avez le pouvoir de retirer cette bille « fatigue » de votre vase, alors ne vous en privez pas. Même si vous ne commettez pas d’infraction, une situation de fatigue peut vous empêcher de rattraper l’erreur d’autrui sur la route : les réflexes et la vivacité du conducteur peuvent éviter bien des accidents.

    Chaque conducteur devrait se connaître lui-même en évaluant les facteurs de risque qu’il présente sur la route. En se remettant en question, nous pouvons réduire le nombre de ces facteurs dans le but d’éviter un potentiel accident. La route est un terrain dangereux. Même si vous ne commettez pas d’infraction, les autres peuvent en commettre à votre place : piéton qui traverse au feu vert, scooter qui double par la droite… Il faut que vous soyez dans de bonnes conditions pour vous parer à ces éventualités… Et éviter le pire !

    « La seule révolution possible, c’est d’essayer de s’améliorer soi-même, en espérant que les autres fassent la même démarche. Le monde ira mieux alors. » Georges Brassens

    Ce n’est qu’à son propre niveau que l’on peut commencer à faire changer les choses. Surveillons le contenu de notre vase et soyez vigilant pour deux ! Acteur du changement ? N’hésitez pas à rejoindre la communauté NeoPermis !